[Imaginaire] L'offrande pour Notre-Dame de Paris

L’incendie du 15 avril 2019, ce moment où la cathédrale de Notre-Dame s’est embrasée, fut pour Benoît Dutour comme pour tant de citoyens du monde, un moment de sidération. L’artiste a  souhaité le dépasser par la création d’une composition permettant de garder la trace de cet événement, tout en la plaçant au service de la liturgie.

 

Le projet consisterait à insérer de véritables fragments de poutres calcinées dans sept “Larmes de Joie” contenant également des feuilles d’or, pour souligner la dimension reliquaire et précieuse de ces offrandes. L’ensemble serait suspendu entre le plafond d’une des chapelles de la cathédrale et le sol.

Ces “Larmes de Joie” symboliseraient ainsi la chute des poutres enflammées et rendraient hommage au courage des pompiers, qui ont évité le pire.

L’incendie s’est produit en pleine Semaine Sainte, qui prépare à la résurrection du Christ. Un parallèle pourrait enfin être fait avec la Vigile Pascale. Nombre de chrétiens et de non chrétiens ont prié la nuit du 15 au 16 avril afin d’accompagner Notre-Dame dans l’espoir d’une renaissance… en résonance avec la résurrection du Christ. 

Ces Larmes témoigneraient ainsi de l’immense émotion ressentie et partagée par l’humanité. Aujourd’hui, cinq ans après avoir connu les ténèbres et la “mort”, grâce à ces prières et au travail acharné d’hommes et de femmes passionnés, Notre-Dame retrouve la lumière en une sorte de “résurrection”.

  • Témoignage de l’émotion partagée aux quatre coins du monde lors à l’incendie de Notre-Dame des 15 et 16 avril 2019, le Lundi Saint.
  • Une fois la cathédrale restaurée, les traces de l’incendie ne seront plus visibles.
  • L’installation sera au service de la liturgie. Un parallèle pourra être fait entre Notre-Dame qui a connu les ténèbres et la « mort » mais qui, cinq ans plus tard, grâce aux prières et au travail acharné d’hommes et femmes passionnés, passe à la lumière et à une sorte de « résurrection ».

Créer une installation composée de sept « larmes » contenant des fragments de poutres centenaires carbonisées. Quelques « larmes » contiendraient également un peu de feuilles d’or.

  • Création réalisée avec quelques fragments de bois brûlés recueillis auprès de l’établissement public chargé de la conservation et de la restauration de la cathédrale.
  • Sculptures en verre optique de grande qualité. Garantie à vie. 5kg par sculpture. Chaque pièce est unique.
  • De mon point de vue, chaque nouvel élément que l’on introduit dans un lieu sacré comme celui de Notre-Dame de Paris doit être au service non seulement de la liturgie et des mystères de la foi mais aussi de l’évangélisation.
  • La présence de ces « larmes de joie » permettrait une forme d’évangélisation :
    • Parallèle avec la vigile Pascale : énormément de chrétiens (mais aussi non chrétiens) ont prié et veillé toute la nuit des 15 et 16 avril 2019 pour accompagner Notre-Dame dans sa souffrance et espérer une renaissance.
    • Parallèle avec la résurrection de Jésus : cinq ans après avoir connu les ténèbres et la « mort », Notre-Dame passe à la lumière et à une sorte de « résurrection ».
  • Suspendues entre le plafond de la cathédrale et le sol, ces « larmes » symboliseront la chute des poutres enflammées au sein même de l’édifice.
  • Ces gouttes en forme de larmes feront écho à l’émotion ressentie par de très nombreuses personnes en France et à l’international.
  • Ces « larmes » en forme de gouttes d’eau témoigneront également du travail des pompiers ayant permis de maîtriser l’incendie.
  • Protégés à l’intérieur des « larmes », ces fragments de bois carbonisés auront ainsi une seconde vie.

La série « Larmes de joie » est un travail artistique personnel de recherches sur la forme parfaite, la pureté absolue, la symbolique de la vie et très certainement une dimension spirituelle qui nous dépasse. En observant la pluie tomber, je me suis rendu compte qu’une goutte d’eau de pluie encapsulait l’ensemble de ces éléments:

    • la beauté naturelle de cette forme modelée par la gravité,
    • la pureté de l’eau en tant que telle,
    • la symbolique de la vie,
    • la dimension spirituelle symbolisée par le chemin parcouru entre ciel et terre.

L’histoire de l’art regorge de références aux larmes, aux émotions, etc. Cela va de Masaccio peignant le désespoir d’Adam et Eve chassés du Paradis, à Obey de Shepard Fairey en passant par « Les larmes » de Man Ray. Le projet de mémorial se rapproche davantage de Brancusi en terme de sensibilité et de poésie, en référence à ses œuvres « La muse endormie » et surtout « L’oiseau dans l’espace ».

L’eau est source de vie, symbole universel de fécondité et de fertilité. L’eau est aussi le symbole de la vie spirituelle, le moyen de purification (eau du baptême).

Évangile du jeudi (Lc 19, 41-44) : Arrivant à Jérusalem le jeudi précédent Pâques, Jésus pleura sur cette ville car ses habitants étaient incapables de le reconnaître.

Épitre aux Hébreux (5, 7) : En se retirant pour prier dans le jardin des Oliviers après la Cène, Jésus versa des larmes de douleur à la pensée de sa Passion.

Évangile (Mt 5 :4 cf Lc 6 :21-25) : « Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés ! ».

Les Saintes Larmes: reliques « physiques » du Christ, traces de son passage sur terre. Par exemple, larme versée par le Christ apprenant la mort de Lazare recueillie par un ange qui l’aurait ensuite confiée à Marie-Madeleine et dont la relique a été confiée à l’abbaye de la Trinité de Vendôme. Aussi : Sainte Larme de Chemillé, d’Allouagne ou de Sélincourt.

Plus proche de nous, le signe de la tendresse de Dieu envers l’humanité nous a été adressé à travers les larmes de la vierge Marie à Syracuse du 29 août au 1er septembre 1953. « A travers Marie, le Seigneur nous fait sentir sa tendresse ! » (Pape François). « Ce sont des larmes de douleur pour tous ceux qui refusent l’amour de Dieu » (Jean-Paul II).

  • Projet autonome financièrement.
  • Création et production aux frais de l’artiste.
  • Aucune demande de subvention, rémunération ou d’indemnité ne sera formulée auprès des institutions et/ou du contribuable.
  • Une simple offrande.
  • Un certificat d’authenticité sera délivré attestant que cette composition est bien une œuvre originale de l’artiste.
  • Le bois brulé est en partie exposé en amiante et/ou plomb.
  • C’est pourquoi, un protocole strict sera mis en place du lieu de stockage de bois brûlé jusqu’à son inclusion dans les larmes. Le porteur du projet sera garant de la traçabilité de ce process et de la non-exposition de quiconque à ces produits dangereux. Du matériel de protection adéquat sera acquis en amont par le porteur du projet.
  • Un bureau de contrôle sera mandaté afin de certifier que le process proposé est bien respecté.
  • Il est également fondamental qu’il n’y ait aucun commerce du bois brulé confié pour la réalisation de ce mémorial.
  • Un huissier sera mandaté pour attester de la quantité de bois confié pour ce projet. Son rapport fera le lien avec le bois réellement intégré dans les larmes. L’éventuel bois non utilisé devra faire l’objet d’une restitution là encore très bien documentée et certifiée par huissier.
  • Ce projet n’a de sens que s’il est sincère et authentique. Il ne doit être entaché d’aucune suspicion.

Contacter Benoît Dutour

Vous souhaitez avoir plus d’informations sur une œuvre, une exposition, un projet ou autres ? Vous pouvez transmettre un message en cliquant sur le bouton « Contacter ».

Questions fréquentes

Comment pouvez-vous décrire votre style artistique ?

Tenter, par une expression artistique conceptuelle contemporaine, d’apporter des éléments de réponses à des questions fondamentales, voir philosophiques.

Où et comment voir facilement votre travail ?

Vous pouvez venir dans mon atelier sur rendez-vous, en remplissant le formulaire de contacte avec l’objet du message « Visiter l’atelier ».

Ou vous pouvez aller dans les galeries qui me représentent :

  • Galerie des Lyons : 9 Rue de Beaune, 75007 Paris, lb@galerie-des-lyons.fr, (+33) 683851273
  • Ateliers Saint Honoré : 71 rue du Faubourg Saint Honoré, 75008 Paris, atelier.st.honore@gmail.com, (+33) 683707635
Comment puis-je acheter une de vos œuvres ?

Vous pouvez m’envoyer une demande en remplissant le formulaire de contacte et choisir dans l’objet du message « Acquérir une œuvre« .

Comment puis-je connaître vos expositions en cours et futures ?

Vous pouvez me suivre sur mon compte Instagram « @benoitdutour_art » et ou abonnez-vous à ma newsletter en remplissant le formulaire en bas de la page.

Sur quels projets travaillez-vous actuellement ?

Vous pouvez consultez l’onglet « Projets » ou me suivre sur mon compte Instagram « @benoitdutour_art » et ou abonnez-vous à ma newsletter en remplissant le formulaire en bas de la page.

J'aimerais participer à un de vos projets, est-ce que cela est possible ?

Oui, avec grand plaisir !

Vous pouvez m’envoyer un message en remplissant le formulaire de contacte avec l’objet « Participer à un projet« .

Est-il possible de faire réaliser une larme avec des objets personnels ?

Certainement. C’est à chaque fois un défi à relever.

Vous pouvez m’envoyer un message en remplissant le formulaire de contacte avec l’objet « Acquérir une Larme de joie ».

Je ne trouve pas la réponse à ma question.

Vous pouvez m’envoyer votre question pour que je puisse vous la partager, en remplissant le formulaire de contact avec l’objet « Autre« .

Press